Céleste découvre le monde

Ayant vécue dans la forêt toute sa vie, Céleste décida un jour de dévier de sa route habituelle pour aller explorer le monde. La douce fébrilité ressentie en apercevant le paysage inconnu attisa tout d’abord en elle une impression de grandeur. Toutefois, il lui sembla que quelque chose n’allait pas. C’est alors qu’elle vit au loin un grand objet d’une singulière étrangeté. Elle sortit du sentier pour s’en approcher.

Cet objet ressemblait à une marquise tordue ayant des dimensions inimaginables. Faite d’une matière lisse et luisante de couleurs rouge et argentée, cet immense papier chiffonné semblait avoir capturé la lumière du Soleil. Céleste s’aventura sous l’auvent et toucha la paroi qui se mit à crépiter dans un tonnerre faisant un écho infini. Effrayée, affolée, terrifiée, elle se précipita hors de là. Reprenant son souffle, Céleste se rendit compte qu’il y avait un mot inscrit sur la chose, dont elle ne put lire que les lettres « c », « o », « l », « a », « t ».

L’étrangeté de cet objet avait gravement perturbé son esprit et elle accéléra le pas en direction de la clarté rassurante à l’orée de la forêt. Avant d’y arriver, son pied glissa sur une sorte de terrasse circulaire argentée et elle tomba le visage directement sur sa surface plane qui était faite d’un matériau si dur qu’il aurait résisté au passage de mille caribous. À la vue d’un large bombement du plancher rappelant le portrait d’une personne monstrueuse portant une couronne, elle se releva et s’enfuit les jambes à son cou.

Arrivée en bordure de la forêt, elle fut saisie de voir s’étendre devant elle une plaine à perte de vue qui aurait pris une éternité à franchir. Elle s’avança prudemment dans la direction d’une haute structure ressemblant à un bracelet d’une dimension prodigieuse. Contournant l’objet qui lui cachait la vue du ciel, elle trouva sur le côté un large disque blanc sur lequel des bâtons tournaient comme par magie autour d’un pilotis en son centre. Un cliquetis sonore résonnait dans ses oreilles et elle s’éloigna de là avant que ce « tic tac » ne la rende complètement sourde.

Se croyant devenue folle, Céleste décida de rebrousser chemin. C’est alors qu’elle sentit s’avancer vers elle une ombre qui aurait pu recouvrir le monde tout entier. Elle leva les yeux pour apercevoir une créature ayant une hauteur incalculable. Ce monstre, qui n’avait que deux bras et deux jambes, avançait en se balançant d’un bord puis de l’autre. Céleste s’enfuit en direction de sa maison et elle ne quitta plus jamais le sentier qui mènait à sa fourmilière.

8 Commentaires

  1. Le texte a déjà fait l’objet d’une réécriture presque entière depuis sa mise en ligne initiale. J’ai tenté d’améliorer le rythme et de clarifier les indices permettant de déchiffrer les énigmes! J’ai bien hâte de lire vos commentaires.

  2. Allô Jean-François !
    On dirait qu’on a tous les deux été inspirés par les homards condamnés du défi de septembre ;) J’ai lu ta première version et celle-ci. Bonne intuition : je vois ce que tu as voulu faire, mais ça n’est pas encore au point selon moi… Voici mes commentaires…
    Pour les énigmes, je n’arrive pas à voir les objets que tu décris… Pour la toile et « OLAT », à cause de la suite du texte, je devine plus ou moins une tente de camping, mais je ne suis vraiment pas certaine que ça soit ça. Et la surface plane et argentée : une assiette ?
    J’ai émis l’hypothèse d’une roue de vélo pour la dernière description, mais là je relis et me dit que c’est peut-être une éolienne. Quoi qu’il en soit, ça ne dévoile pas quelque chose qui rend l’histoire plus intéressante, ça m’a même distrait de l’action et des émotions, ce qui m’a fait décrocher.
    Je pense que ce qui est difficile, c’est de vouloir qu’il y ait des objets énigmatiques qui soient liés au punch final: si on les devine, on perd la surprise de la fin et si on ne les découvre pas, ça rend l’histoire obscure! Dans les deux cas, ça ne sert pas l’histoire…
    À tout hasard, je te partage quelques idées qui me sont venues pour contourner ce problème : Céleste pourrait être une nomade du désert qui traverse les dunes pour aller vers l’Amazonie. Pas besoin de rendre énigmatique la description de la butte de sable de sa fourmilière : c’est une dune du désert… Ou encore, Céleste pourrait être une femme de la préhistoire qui quitte sa caverne pour chercher de la nourriture et croise des dinosaures effrayants sur sa route…
    Tu as encore du temps… Go go go ! :)

    1. Merci France pour tes commentaires, ça m’a obligé à prendre du recul. J’ai toutefois envi de m’accrocher aux ingrédients de mon projet et de tenter de faire prendre la sauce! Tu as raison de me rappeler que si on devine on perd la surprise et que si on ne comprend pas, tout devient obscure. Face au choix, j’ai décidé de réduire la surprise finale au profit d’une meilleure compréhension du récit par le lecteur. Ainsi, j’ai réécrit chaque « rencontre » afin de donner une « clef » significative à la fin pour favoriser la compréhension de la nature de l’objet. La surprise finale s’en trouve réduite quant à la dimension du personnage mais, il reste la surprise de la nature de Céleste dans un monde, finalement, non fantastique!

  3. Rebonjour Jean-François! Bravo, c’est vraiment du bon travail que tu as fait. Je crois que j’ai tout deviné cette fois: le papier d’aluminium d’un chocolat, le sous, la montre. C’est juste assez intriguant : tu m’as fait sourire à plusieurs reprises! Bonne journée :)

  4. Bonjour Jean-François, excellent texte! Je n’ai malheureusement pas lu la première version, mais celle-ci évoque bien la surprise qu’a Céleste devant le monde. Elle est bien sympathique d’ailleurs cette petite Céleste. Il y a par contre un léger détail qui me chicote. Comment Céleste sait-elle que cette «haute structure qui ressemblait à un bracelet ayant une dimension prodigieuse» ressemblait justement à un bracelet? Vue sa petite taille, elle ne peut avoir la perspective pour reconnaître un bracelet. Mais ce n’est qu’un détail!
    Et un autre détail (décidément!) dans ta dernière phrase: «Céleste s’enfuit en direction de sa maison et elle ne quitta plus jamais le sentier qui mène à sa fourmilière.» Il y a une petite erreur de temps de verbe à «mène», tout ton texte est au passé…

    1. Merci Caroline pour tes commentaires. J’ai effectué quelques dernières modifications. Concernant le mot « bracelet », j’ai bien cherché autre chose mais c’est le seul terme que j’ai trouvé pour guider le lecteur vers la bonne piste. Merci encore et au plaisir de te lire au prochain défi.

  5. J’avoue que ton histoitre me semblait plutôt extra-terretre au départ mais j’avais de la difficulté à la visualiser jusqu’à la conclusion finale. Il m’a fallu le relire évidemment pour en saisir le contexte et les subtilités. Ton dernier échange avec Caroline m’a fait penser à une histoire que j’avais entendue, d’un monde en 2 dimensions qui recevrait un cône pénétrant son sol. Les habitants ne connaissant pas la 3e dimension, ne verraient qu’un petit cercle qui s’agrandit de plus en plus, puis qui disparaît subitement. C’est une question de perception pour cette chère Céleste. Et le lecteur se sent peut-être un peu dans le même état, ne comprenant pas dans quelle dimension, Céleste évolue.

    Merci encore pour ses beaux défis que tu nous tends. Au prochain défi de novembre alors!

  6. Bravo Jean-François !!! Très bon texte. Curieux et intéressant voyage ! J’avais lu la première version sans faire de commentaire malgré que j’avais trouvé quelques incompréhensions dans l’histoire. Cependant, je trouve la version finale beaucoup plus clair dans les indices pour visualiser les objets géants de l’univers de Céleste. Bonne réécriture de ta part. Encore bravo !

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :