Un nain berbère

À bord d’un paquebot de croisière sur la Mer Méditérranée, Hennu un nain berbère partit désespérément à la recherche de ses racines. Seul au monde, il était convaincu d’être un descendant des rares survivants de l’Atlantide, terre engloutie autrefois par des tsunamis extrêmement violents.

À l’aube, dès le lever du soleil, Hennu aimait flâner sur le pont du bateau à observer longuement l’horizon. Il pourrait peut-être apercevoir les Iles Canaries qui, selon ses recherches, devaient être les derniers débris de l’ancienne cité de ses ancêtres, les Numides.  Il n’avait glissé mot à quiconque de sa quête anthropologique et généalogique.

Deux prêtres arrivèrent subitement sur le pont à la recherche d’un enfant qui s’était enfuit de sa loge. Ces vilains kidnappeurs détenaient les 53 jeunes filles et 52 garçons disparus mystérieusement de l’orphelinat de Misrata en Libye. Ces malfaiteurs malfaisants avaient de sombres plans cachés de vendre ces enfants pour leur réserver un destin inconnu. Bien qu’étant un jeune adulte, la grandeur réfrénée de Hennu sur ses courtes jambes cachait bien son âge et le faisait passer facilement pour un gamin. Les religieux qui confondaient Hennu avec le fugueur, lui crièrent des ordres intimidants de leur voix tonitruante. Les menaces menaçantes de ces deux traîtres prêtres aux allures louches et fantomatiques, vêtus de leur longue soutane noire, le sortirent aussitôt de sa rêverie. Les eaux commencèrent alors à s’agiter comme si soudainement les Dieux manifestaient leur colère devant tant de cruauté humaine.

C’est ainsi que Hennu, le nain berbère imberbe et bien humide, car il pleurait sans cesse pour tout et pour rien, se boucha les oreilles pour ne plus rien entendre, pissa dans sa culotte et prit la plus grande gorgée de sa vie. Son cri n’eut même pas le temps de sortir qu’une immense vague de cent pieds de haut submergea le navire et n’en fit qu’une seule bouchée. Son vœu fut exaucé, il rejoignit enfin les siens.

7 Commentaires

  1. Comme je suis en mal de commentaires et que vous êtes peut-être déjà partis en vacances, je vous copie le commentaire d’une amie sur Facebook avec ma réponse. ;o) :

    Dominique Ratté:
    Et bien dites donc, pas encore couchée? hihi…Je crois que c’est mon texte préféré de toi jusqu’à maintenant. Déjà écrire un court texte qui soit efficace est en soi un beau défi que tu as su relevé. J’ai apprécié qu’il soit imaginatif avec des changements rapides de situations. Ce fut facile pour moi de voir défiler l’histoire dans ma tête ce qui démontre que ton texte était claire et bien imagé. J’ai adoré le dernier paragraphe…une fin sommes toute tragique mais avec de petits détails cocasses ( a pissé dans ses pantalons, était humide car pleurait tout les malheurs du monde…) qui amène un beau mélange de tons. Je te reconnais bien…haha…-) Une seule petite critique: j’aurais aimé que tu donnes un peu plus de détails concernant les prêtres qui ont kidnappés des enfants..par exemple la raison qui les ont conduit à se kidnappage. Voilà et Bonne nuit! xx

    Julie Guénette:
    D’accord merci énormément pour tes commentaires. Je suis contente d’avoir une lectrice assidue. C’est drôle que tu me dises que c’est ton préféré car je suis vraiment sortie de ma zone de confort. J’avais l’impression que ce n’était absoluement pas mon genre de texte. Habituellement je préfère parler de ce qui est près de moi et de ce que je connais. Mais là le défi m’a forcée à faire des recherches et m’a amenée à la dérive en voguant d’un mot à l’autre en partant de berbère. Je vais y penser pour les prêtes. Je me suis basée sur un vrai kidnapping qui a eu lieu en Lybie cet été de ce nombre de filles et de garçons qui venaient de cet orphelinat précisément. Un vrai fait vécu! En fait je crois que ce sont des médecins qui sont soupçonnés mais je préférais les prêtres pour leurs longues soutanes comme sur la peinture. Je crois que c’était pour vendre ses enfants comme esclaves ou autres buts complètement malsains. De manière générale, je suis surtout contente que l’histoire se suive car il me semblait que je brossait large.

  2. Allô Julie :) Décidemment, tu me fais rigoler! Juste le titre et j’avais le sourire aux lèvres… J’approuve tous les commentaires de ton amie. J’aime particulièrement le loufoque et l’innatendu de ton humour: ça me fait penser aux homards! Petit détail technique: tu as écris prêtes et non prêtres.
    Passe de belles fêtes! Au plaisir de te lire en 2012.

  3. Jean Robert Bourdage · · Réponse

    hahaha. Complètement absurde et disjoncté. J’adore. Quelle fin tragique tout de même. Trop pour un seul homme.

  4. Merci mes amis, bien heureuse de vous avoir fait rigoler! C’est plus fort que moi, je crois que je ne peux rien faire vraiment sérieusement. Pourtant presque tout est plausible, j’ai fait de véritables recherches historiques comme jamais! Je corrige les prêtres à l’instant.

    J’ajouterais un fait cocasse comme j’ai dit à mon amie Dominique, il paraît que les Berbères adoraient les calembours. Alors je crois aussi avoir des racines berbères. Je magasine tout de suite une croisière pour mes prochaines vacances. Allez! Passez tous de belles fêtes et reposez-vous bien surtout.

  5. Bon, j’ai ajouté quelques trucs par-ci par-là et aussi les raisons pour lesquelles les prêtes avaient kidnappé les enfants. Vous verrez c’est bcp plus clair! (Cest pas drôle quand on y pense de s’amuser de la sorte avec un drame vécu. Excusez-moi les enfants, je prierai pour vous pour compenser.)

  6. J’avais modifié hier soir ma dernière phrase en disant: Son vœu fut exaucé, un nain berbère nommé Hennu rejoignit enfin ses semblables, tel un humide Numide. Mais après une bonne nuit de sommeil je trouve que je m’étais emballée un peu et parfois la simplicité est plus efficace en usant d’un peu plus de subtilité. Alors je débeurre en revenant à la finale initiale.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :