Désirs d’éternité

Bourg de Québec, 1757, Nouvelle-France

Pierre-Antoine De Belleval, un intrépide gentilhomme, marchait de bonne heure et de bonne humeur. Fraîchement débarqué de France, il s’en allait rencontrer son héros, le fameux Comte de Saint-Germain.

Pierre-Antoine, 18 ans, était le fils aîné du Sieur Octave De Belleval, un ami intime de la famille royale. Demi-vérité, car un secret avait toujours pesé sur sa véritable origine. Il était supposément un des fils illégitimes du Roi de France Louis XV. De Belleval venait d’être initié à certains cercles secrets franc-maçonniques. Il était aussi un proche de la famille de l’intendant de Nouvelle-France, François Bigot.

Il arriva donc à l’adresse indiquée. Le valet lui ouvrit la porte. Il le fit attendre dans l’antichambre.De Belleval ne connaissait pas encore le Comte et il ne tenait plus en place, tant il avait hâte de le rencontrer.

Une question lui brûlait les lèvres. Une information incroyable qu’il devait vérifier auprès du Comte.

On entendit soudain le bruit de la poignée de la porte.

Le même laquais qui l’avait d’abord accueillit, le reconduisait maintenant jusqu’au bureau du Comte.

Le laquais quitta. Une fois seuls, l’invité, nerveux, prit la parole.

– C’est donc bien vrai ce que m’a dit votre ami Jean-Baptiste Alliette dit Etteilla. Vous êtes toujours vivant, caché en Amérique. Les journaux d’Europe annonçaient votre mort. Confusion donc ! Dieu soit loué…, entama De Belleval.

– Pourquoi me demandez-vous audience ?, coupa le Comte.

–       Commençons par le commencement. Est-ce vrai ce qu’un certain franc-maçon m’a dit sous le couvert de l’anonymat ?, demanda maladroitement le jeune homme.

–       À propos de quoi ?, répondit le Comte.

–       Que vous auriez le vénérable âge de 3000 ans malgré la jeunesse de votre visage ? Il se raconte même dans certains salons parisiens que vous auriez rencontré Jésus le Christ de son vivant ?

Il n’avait pas prévu cette question. Il esquissa un sourire. Il aimait certes se vanter de savoir transmuter certains métaux en or, de purifier les diamants ou de savoir concocter un élixir de jeunesse. Malgré l’embarrassante question, il ne se sentit pas pris en souricière.

Il resta pensif un moment. Ce long silence trahissait en soi un aveu de vérité.

De Belleval avait de la difficulté à maintenir son enthousiasme, sans doute fier d’avoir deviné la vérité.

– Vous avez une allure très respectable, cher De Belleval. Ou devrais-je dire, cher Majesté. Saviez-vous que votre véritable père n’est pas Octave. Vous êtes un fils illégitime de Notre Roi Louis XV?

–       Que me dites-vous là, Comte ? C’est impossible ?

–       Tout à fait possible ! Comme il est vrai que je possède cette potion d’éternité. Une potion faite à base de sang de descendance Royale.

–       C’est donc vrai ? Vous êtes maintenant éternel. Moi aussi, je veux l’être. Vous m’étourdissez cher Comte avec ces impossibles vérités, répliqua De Belleval.

–       Approchez jeune homme, continua finalement Saint-Germain. Je vais vous dire un secret à l’oreille.

Lorsqu’il fut près de lui. – SCHLING ! Un coup de couteau au cœur du jeune De Belleval. Tout son sang fut recueillit et divisé en des centaines de flacons. Son corps fut déposé en pleine nuit sur la Place royale de Québec, devant l’Église Notre-Dame-des-Victoires.

Le lendemain, juste avant la basse messe, on pu voir un petit rassemblement autour du corps inerte et blanc de De Belleval. Que lui était-il arrivé ? Un meurtre donc. Une disparition aussi. Un Comte avait quitté Québec. Il venait d’écourter la vie d’un improbable roi. Avec ce nouveau sang, il venait d’étirer à nouveau sa longue et lourde vie.

7 Commentaires

  1. Incroyable suspense autour de cette scène qui durent moins de deux minutes. Et superbe recherche historique autour de ces événements. Bravo!

  2. Merci pour les compliments ! Cette rencontre est une fiction, certes. Les De Belleval, père et fils n’ont pas existés. Par contre, le Comte de Saint-Germain, énigmatique personnage historique, a réellement existé. Les rumeurs d’élixirs de jeunesse, de franc-maçonnerie, sont inspirés de faits réels et de commentaires de ses contemporains. Sa surprenante visite en Amérique serait également historiquement recensée. Le meurtre a été ici inventé de toute pièce pour justifier un ingrédient magique de la potion : le sang royal. Un petit côté vampire, peut-être. lol Pour les curieux, allez voir sa mini-bio sur wikipedia, surtout le paragraphe LA LÉGENDE :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Comte_de_Saint-Germain

  3. Haha! On reconnaît l’historien en toi, le sociologue et l’amateur de zombies! je dirais comme ton frangin: quel suspense! Tu n’as rien à envier à Dan Brown avec cette fiction-réalité.

    Petit détail: « Il venait d’écourter » dans l’avant dernière ligne.

  4. En passant, pour ceux que les statistiques intéressent, tu es l’un des rares donc l’humeur n’était pas mauvaise mais plutôt bonne…

  5. Jean Robert Bourdage · · Réponse

    Chapeau! J’adore cette histoire. Je ne connaissais pas la légende de St Germain, mais elle me rappelle celle de la comtesse Bathory.

  6. Bravo Jean-François! Je suis d’accord avec tous les commentaires ci-haut! Et je suis franchement épatée de tes recherches pour les éléments historiques. Ton mélange de faits véridiques et de romance m’a fait pensé à la série de Folco (Dieu et nous seuls pouvons, Un loup est un loup, etc.) Je ne sais pas si tu l’as lu, mais si tu ne le connais pas… tu vas adorer, j’en suis certaine. :)

  7. Zut, j’arrête pas de me tromper de nom entre les 2 frères et je peux pas me corriger :( Désolée Sylvain! JF…

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :