Défi – Août 2012

Pour le défi du mois d’août, nous allons penser à l’envers! Ainsi, je vous propose d’insérer des antiphrases à travers les phrases de votre texte!

Une antiphrase consiste à exprimer une idée en disant exactement le contraire de ce qu’on a en tête. Elle ne consiste pas à dire une fausseté sans raison mais plutôt à inviter l’interlocuteur à renverser la proposition pour en comprendre le sens profond.

Voici quelques exemples d’antiphrase :

«A-t-on jamais rien vu de plus impertinent? Un père venir faire des remontrances à son fils, et lui dire de corriger ses actions, de se ressouvenir de sa naissance, de mener une vie d’honnête homme, et cent autres sottises de pareille nature!» (Molière, Dom Juan, Acte 4, Scène 5)

… quel homme brave. (en parlant d’un lâche)

Félicitation, continue comme ça! (en reprochant un geste inapproprié)

Que de générosité! (en parler d’une personne avare)

Quelle belle journée! (par temps pluvieux)

Il est à noter que l’antiphrase s’emploie plus couramment par ironie.

Le défi

Écrire un texte qui intègre le mot « imposteur » et inclut une « antiphrase » par paragraphe.

Thème: Libre

Longueur: Minimum : 100 mots. Maximum : 600 mots.

Contrainte: Inclure une « antiphrase » par paragraphe. Le nombre de paragraphe dans votre texte est laissé à votre discrétion.

Contrainte additionnelle: Vous devez intégrer le mot « imposteur » une fois dans l’ensemble de votre texte.

Pour que le lecteur puisse décoder la présence d’une antiphrase, n’oubliez pas qu’il doit y avoir suffisamment d’éléments de contexte.

Bon défi!

Jean-François Marcotte

%d blogueurs aiment cette page :