Lettre ouverte à qui se souvient… et rêve encore…

À ceux et celles qui se souviennent des beaux jours de leur enfance, je vous invite à dire merci vous aussi.

Un gros merci aux clowns de nos enfances.

On a tous eu des mauvais jours d’enfance.

Il y en a qui en ont eu plus que d’autres….

À vous chers clowns qui ont fait sourire les enfants que la maladie empêchait de sourire, merci.

À vous chers amuseurs qui passaient au petit écran, en couleurs ou noir et blanc, merci.

Vous avez pansé des pleures, essuyé des larmes d’érraflures, évaporé des peurs. Bravo !

Vous avez consolé par le rire des enfants abusés, négligés, ou abandonnés, encore bravo !

Chers clowns de toutes les époques, merci pour ce que votre mission évoque : faire rire les petits et les grands.

Vous faites ressortir le meilleur de la vie, en faisant rêver les enfants.

Vous fabriquez de la magie là où elle n’est pas.

Bref, vous les sortez de leurs mauvais moments…

Et même longtemps après vos prestations, la magie fait encore office d’illusions qui embellissent les mauvaises saisons.

Je ne sais pas pourquoi je vous dit tout ça chers clowns de nos enfances, car au fond, vous le savez déjà.

Mais vous ne saurez jamais assez à quel point on vous dit merci.

[  » Attention, vous entrez dans une zone de brouillon… »

Lettre ouverte à|aux…

Le défi  demande d’écrire une lettre ouverte mélancolique ayant pour thème : un monde meilleur !

https://lentonnoir.wordpress.com/2012/11/01/defi-novembre-2012/

– Début du brouillon #2

(7 novembre 2012)

Encore quelques réflexions, question de tourner autour du pot… de quoi aimerais-je parler dans une lettre ouverte ? Véridique revendication ou lettre ouverte de fiction ? C’est engageant que de s’ouvrir sur un sujet, non ? C’est impliquant de dénoncer, de jouer le mouton noir qui sort la tête du troupeau. Je viens de faire ma moustache de Movember en appui à la campagne de lutte contre le cancer de la prostate et pour la santé mentale masculine. Peut-être pourrais-je écrire sur ce sujet ? Ou une belle lettre ouverte à Obama ? à Pauline Marois ? Avec un titre pareil, je pourrais tout aussi bien écrire une lettre ouverte aux clowns de nos enfances, aux créateurs jeunesse qui nous ont tant fait rêver. Une lettre de remerciements  ? Lettre de bêtises ? J’en sais rien… Ce soir, fatigué, avant d’aller me coucher, je me sens un peu comme dans la chanson So lazy de Kevin Johansen : They’re beating poeple on the streets, and I’m so lazy, No one has nothing to eat, and I’m so lazy, I would loved to fix this world but I’m so lazy. Bonne nuit.

-Fin du brouillon #2

– Début du brouillon #1

(1er novembre 2012, aux petites heures du matin)

Encore ce mois-ci, j’expose le processus d’écriture en mode public, avec mes versions brouillon et mes réflexions. Ça demande un peu de courage et d’exhibitionnisme. Que ça en inspire quelques uns à écrire, j’en serais ravi. Que j’en énerve d’autres, désolé, vous pouvez décider de venir que relire la version finale à la fin du mois. Au plaisir !

Réflexions : De quel thème parler ? Sous quel angle l’aborder ? Je dois mieux comprendre et préciser les sens de la mélancolie pour mieux l’exploiter dans le texte. À quelle époque pourrait se situer cette lettre ? Pendant la création des premiers journaux aux premiers temps de l’imprimerie ? En 2144, après une guerre nucléaire ? Au lendemain du référendum de 1995 ? Une lettre préventive ? Accusatrice ? Descriptive et éducative ? Dans quelle contexte ? Dans quelle culture ? Ici, à Montréal, au Québec ? Dans un pays où la liberté d’opinion est menacée et en danger ?

Pour un titre… Je lance ce qui me vient dans mes premières réflexions : et ça sort de même :  » Lettre ouverte à qui se souvient…  » Je me dis, pas si pire, c’est vaste, c’est flou… ça laisse plusieurs options… et j’ajoute « et rêve encore », la mélancolie qui remâche un passé, mais axé vers de l’espoir… C’est un titre inspirant ! Reste à voir ce que je ferai comme lien avec… ]

Essayez vous aussi, pour le plaisir d’écrire !

-Fin du brouillon #1

4 Commentaires

  1. Je n’ai pas de suggestion pour le moment mais j’aime beaucoup ton dernier filon. Merci d’exposer ta démarche, je trouve ça bien intéressant et inspirant.

  2. Je m’en vais jsutement faire la clown via ma pièce de théâtre devant le groupe de Dominique. Alors je vais prendre ça personnel. <;o)

  3. L’air de rien, on a tous des relations affectives particulières envers les clowns ou plus largement, les amuseurs de nos enfances. C’est à partir d’un flash parmi tant d’autres, et d’un commentaire de Dominique justement, sur le fait qu’elle aimait bien l’idée des clowns, que j’ai pondu ce premier jet. J’avais pas envie d’être directement connecté à l’actualité.

  4. Fait la clown, ma chère. Assume ton rôle primordial : Donne en héritage aux prochaines générations cette magie qui console et fait rire. Cette bulle de bonheur de liberté ! Peut-être comme dans Pépin la bulle ! « Bulle, envole-toi ! Un, deux, trois ! » avec ce drôle de personnage de Zébulon.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :