Votre humble Monsieur B

Suis-je bête? Je ne suis que Monsieur B, bien, bon, banal. Bof, après tout je sais bien que je ne serai jamais que le bouche-trou, la bobonne de service, la brebis galeuse, le bouc émissaire. Je ne pourrai jamais aspirer à être comme cet as, Monsieur A, adroit, actif, adulé, aventurier et agressif.

Déjà bébé, je bredouillais malhabilement des bebebeb, en brandissant mon beau bedon tout rond… Puis, bam! En grandissant, deux bons gros bourrelets bondirent devant le bonhomme bonasse que je suis devenu. Alors que lui, avec son aimable petite tête ronde artistique d’enfant allumé et ses cheveux académiquement lissés, cet affreux adversaire devint, adolescent, un athlète accompli, puis adulte, un véritable adonis aguerri, audacieusement en constante ascension du haut de ses deux grandes pattes agiles.

Serais-je un bâtard, un bon à rien qui se balance bizarrement les boursoufflures en déambulant tel un canard boiteux? Au mieux, je pourrais être un bureaucrate boulimique qui bave de jalousie devant cet apôtre de l’Amour qui ne cesse de s’accroître en version absolument améliorée, dans une véritable apothéose. Quel  agaçant animal autoritaire, en plus! Il ne cesse d’agir aigrement pour m’affaiblir en m’abaissant et en m’accablant pour mieux m’atterrer, m’agresser, m’abattre, m’assaillir. Veut-il m’anéantir à tout jamais ou quoi?

Mais que serait l’arrogant Monsieur A le premier, sans le boboche Minus B le second? Et bien moi, je m’en branle de son acariâtreté, car je sais qu’il serait totalement seul sans son bras droit. Il semble oublier que je suis son unique voisin du bout du rang. Il devrait se considérer comme mon associé, et même mon assistant car si je le bouscule en bas de la barre avec mon bouclier, j’aurai encore 24 bienveillants alliés de mon bord. Il a beaucoup plus besoin de moi, que moi de lui. Que peut-il devenir sans les autres : AAAAAA! ou bien aaaa… ?

Quelle bêtise de vouloir battre son prochain ainsi. Ça me brûle de sortir le bélier en moi pour casser la baraque telle une brute. Je bouille de le bouffer tout rond ce bourgeois blanc-bec, de le laisser bêtement baigner dans sa marre de boue, de le bombarder de bananes brunes comme un babouin belliqueux.

Mais à quoi bon? Non, je ne blasphémerai pas. Je suis Monsieur B, un bien-pensant, un bel exemple de bienséance, un homme bien, un homme de bon goût, un homme de lettres.  Cet abruti est mal baisé, voilà tout. Pourquoi me brouiller avec cette andouille? Il peut bien me bouder, je m’en balance. Je butine dans une belle bulle de bonheur en récoltant des bisous de cette coquine Mme C qui me complimente sans cesse. Vous voyez? Je peux très bien me passer de ce dernier.

8 Commentaires

  1. Ton audace à créer avec d’autres lettres de l’alphabet me laisse bouche bée! Bravo! :)

    1. Merci Noémie ! On dirait en effet que ces temps-ci, j’ai tendance à prendre les défis à bras le corps pour m’en faire des double défis.

  2. Mathieu Guénette · · Réponse

    Bombarder de bananes brunes!!! Ouf! C’est vraiment rendu grave. Peut-on conclure que le profil de monsieur B correspond à celui d’un passif-agressif?

    1. Je crois que tu as bien cerné le personnage en tant que passif-agressif, c’est tout à fait ça. Je me demande toujours où je vais chercher toute cette révolte. Pour le bombardement de bananes brunes comme un babouin belliqueux, vos histoires en Afrique avec de vrais babouins agressifs m’ont sans aucun doute inspirée. C’est fou tout ce qui peut sortir d’une tête la nuit. J’écris peut-être en rêve à bien y penser.

  3. J’adorrrre l’action « de le bombarder de bananes brunes comme un babouin belliqueux. » Quelle image amusante et pleine de vérité et de virilité. Bravo aussi pour ton ABC.

  4. Oui comme tu as pu lire plus haut, grâce à mon frère et ses récits de voyage, j’ai su que les babouins pouvaient être pas mal belliqueux, ce qui rend mon image vraiment crédible. Pleine de virilité, hum… On est loin des hommes roses en effet! Quoique l’homme brun peut à la fois être homme rose, ce qui donne un genre d’homme bourgogne. Il ne faut aps oublier que ce n’est qu’un fantasme dans la tête de Monsieur B qui est réalité tout en retenu. Mais je dois avouer que c’est probablement toi qui m’a inspiré pour la bulle de bonheur. Merci pour tes commentaires.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :