Voyage dans une galaxie loin de chez vous

Statut : Croyez-le ou non, pour la première fois de ma vie, je mettrai le pied hors de ma planète Zillon natale.

Statut : En cette ère technologique, avec mes 124 ans printaniers complétés, je devrais avoir exploré les galaxies, comme tous les jeunes de notre génération. Vous me manquerez les amis mais c’est mon tour de l’univers.

Statut : C’est donc à l’été de ma vie que je vais enfin m’affranchir de mes 6 parents qui cesseront de me surprotéger. À  moi l’inconnu et la découverte des autres cultures.

Statut : Je crois que l’agente spatiale au comptoir me fait de l’œil (celui du milieu, son plus hypnotisant). Elle me fait sentir comme un homme sérieux et responsable.

Statut : J’entre dans l’aéroplouk en rêvassant sur mon idylle temporaire qui pourrait se poursuivre à mon retour dans 13 ans. C’est dommage de quitter comme on commence à s’attacher. J’espère rencontrer une charmante extra-zillonnestre en attendant.

Statut : Je ne savais pas qu’une pluie de météorites pouvait donné autant le mal de l’air. Mais ce qui me lève le cœur par-dessus tout, est mon voisin qui déguste en cachette avec délectation, des excréments de chtougs ou de skrats. De toutes façons, les deux me dégoûtent tout autant. J’ignore de quel coin de la planète, il vient celui-là mais je constate que j’ai besoin d’adaptation pour accepter les différences culturelles.

Statut : Après un vol houleux assourdissant, j’azillonne enfin. Je manquais d’entraînement pour un aussi long voyage à la vitesse de la lumière. Ces 264 heures m’ont paru le double.

Statut : Aux douanes, on a fouillé les 103 orifices de mon corps sans en oublier un seul à mon avis. Des heures d’explications pour prouver que je ne fais pas partie d’un réseau illégal d’exportation d’excréments de chtougs ou de skrats. Je rêve d’écraser un certain gros pif entre 4 yeux.

Statut : J’avoue que mes talents de négociateur ont peu contribué à me libérer de cette torture mentale et physique. Mes larmes de grocodule ont bien démontré que je n’avais pas l’étoffe d’un passeur.

Statut : Je suis très excité d’essayer le transformato-adapto pour prendre l’apparence des habitants de ma destination. Personnellement, j’ai toujours été attiré par les Terrrestriens et leur allure flagadesque.

Statut : À mon grand désespoir, je me retrouve dans une peau totalement dégueulasse, d’un beige pâle sans aucune viscosité. Je n’ai que 2 yeux, un genre de poil très long sur la tête, 2 bras, 2 oreilles et 2 bêtes jambes pour me supporter. Mais j’ai aussi une 3e minuscule jambe au milieu qui ne touche même pas parterre. Je n’ai aucune idée à quoi elle peut bien servir, à part m’apporter une sensation hautement déplaisante lorsque je la cogne.

Statut : Cette planète étrange n’est pas la planète exotique que j’avais choisie. Je pense que ma voluptueuse agente s’est foutue de ma gueule ou s’est fourvoyée, distraite par  mon charisme séduisant. J’aperçois une inscription : « Bienvenue sur Terre » et non sur « Terrre ». Une simple erreur d’une lettre manquante m’expédie à des années lumières de ma destination de rêve. Ma 3e jambe se dresse lorsque je songe à mon agente tout en la maudissant. Drôle de sensation inutile.

Statut : Le prochain vol part dans 5 ans. % ?&* !

Statut : Actuellement, de la merde blanche tombe du ciel, anesthésiant mon seul bout de peau qui me reste à découvert.  Seul point positif, les Terrestriens sont conscients de leur laideur en se couvrant de la sorte.  Je dois endurcir le Zillonien en moi. Mes premières vacances estivales s’annoncent pénibles.

14 Commentaires

  1. Excellent! J’ai bien rigolé en le lisant! ;)

  2. Merci! Je crois que c’était mon but.

  3. Tout ça, sans prendre de drogue, du moins pas à ma connaissance! Juste de la pure folie imaginative. On dirait que ça veut te sortir par les oreilles. Ne lâche pas ce filon! Très comique.

  4. Et non pas besoin de drogue. Je suis peut-être tombée dedans étant petite. (C’est toi qui pourrait le savoir) On m’a suggéré d’en faire plusieurs épisodes. Il y a peut-être en effet un filon. Le point de vue de l’immigrant sur notre société. Car on est toujours l’étranger de l’étranger comme on a pu voir avec la véritable expérience de mon frère Mathieu et sa famille avec leur voyage autour du monde. J’avoue que c’est leur voyage qui m’a inspiré pour l’idée de départ. On y retrouve même quelques anecdotes transposées. Si je veux continuer mon histoire, je pourrai l’interviewer à son retour pour voir tout ce qu’un voyageur peut ressentir face au choc des cultures. Mais c’est très librement inspiré…en poussant l’idée à l’extrême sur les différences. Qui sait peut-être qu’on en fera une BD un jour. ;o) Je devrai me trouver un autre titre et un nom pour mon personnage… Ce qui est bien dans l’écriture, c’est qu’on a pas de limite de budget.

  5. Hahahihihihi! Je trouve ton texte hilarant et surtout vers la fin avec sa bizoune en l’air! J’imagine comme il a pu être déçu! C’est vrai que ça ferait toute une série ou bine peut-être un bon roman de science-fiction. Il faudra t’y mettre maintenant que l’idée est lancé dans l’espace!

  6. Merci pour tes encouragements. Dis donc jamais je n’aurais eu l’idée de créer une telle saga de science-fiction sans l’Entonnoir. En fait je n’avais pas vraiment le goût de parler de vacances estivales alors ça m’a forcée à me creuser le coco pour trouver un angle original. Mais j’avoue que le potentiel que cette idée offre est bien stimulant. Je me disais qu’il doit bein avoir eu un film ou un livre qui a exploité le point de vue de l’extra-terrestre mais avec un caractère naïf comme le sien c’est peut-être nouveau. À suivre… (On verra bien si l’inspiration me vient.)

  7. Je me sens honoré de penser que nous avons pu t’inspirer pour un texte.
    Maintenant, je me demande juste si nous connaîtrons les mêmes difficultés d’adaptation que le Zillonnien de ton texte en revenant à Montréal!

    1. Merci Mathieu pour tes commentaires et ton inspiration. Je compte d’ailleurs sur vous à votre retour pour m’alimenter en anecdotes d’adaptation qui pourraient m’inspirer la suite de cette chronique.Je laisse mes antennes de Zilonnienne ouvertes en attendant.

  8. J’azillonne en larmes de grocodule! Quelle imagination débordante! Bravo.

    1. Merci Jean-François pour tes commentaires et surtout pour tes défis qui me force à brasser cette imagination au fond du pot pour finir par la faire déborder.

  9. Allô Julie :) Félicitations pour ce très bon texte qui surprend par rapport au thème! Tu as effectivement sût trouver un angle original. Si une série est publiée, je la lirai avec plaisir :) France ;)

    1. Merci France. Comme je suis heureuse que tu sois de retour. J’aime te lire et j’ai hâte de connaître la suite de ton histoire intrigante de juin. En effet, je cherchais un angle tout autre et j’ai finis par le trouver plus loin, très très loin. Je ne me préparais pas à tenir une chronique extra-zillonestre dans ma vie mais on dirait que ça s’impose. On verra bien. Ce sont évidemment les quelques fidèles lecteurs comme toi qui me motivent.

  10. Très dépaysant. Merci pour le voyage ! :-)

  11. Pour connaître la suite, voici toutes les nouvelles de cette série : http://julieguenette.wordpress.com/category/zillonien/

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :