Pique-nique sur Terre

Cher journal de voyage,

Je sens le besoin de me confier à toi car mes aventures en tant que Zillonien hors de ma planète natale ne se déroulent aucunement comme prévu. Après ces 3600 premières heures, je constate que tout ce que je peux tirer de positif de cette interminable escapade, est de conserver un souvenir écrit de ce cauchemar. Mes talents littéraires pourront du moins me permettre d’en tirer un best seller à mon retour sur Zillon.

Je rêvais de découvrir des nouveaux plats exotiques remplis de savoureux crounchicrounch ou de délicieux zloukbeurk. Mais ici sur la planète Terre, destination qui m’a été imposée bien malgré moi, soit dit en passant, la nourriture est totalement infecte. Étonnamment, on ne retrouve aucun met suffisamment gluant pour me satisfaire ni de motons dégoulinants dans les menus. Tout semble avoir une texture dure ou lisse et je n’ose même pas y goûter. Je trouve seulement quelques verres de Terre et autres bestioles pour me sustenter à l’occasion.

Je me suis fait une jeune amie Terrestrienne. Mon apparence d’extra-zillonestre, obtenue grâce au transformo-adapto, me donne, paraît-il, un look de star. Sur Terre, le mot « star » désigne une étoile mais également un Terrestrien brillant plus que les autres. On me confond souvent avec un certain Brad qui semble très populaire, me donnant ainsi beaucoup de succès auprès de la gente féminine. Personnellement, mon apparence me répugne au point d’être incapable de me regarder dans le miroir sans me déclencher un haut le cœur. Mon amie de cœur, Greta, se distingue des autres car elle est d’un volume qui en vaille la peine, avec une bonne chair autour des os. Son joli sourire est orné d’un bijou argenté qu’elle appelle « broches » ornant ses dents. Elle possède aussi deux fabuleuses loupes permettant d’agrandir ses yeux. Non seulement elle est la moins moche des Terrestriennes que j’ai trouvées mais j’ai la chance d’être son premier amoureux. C’est vrai qu’elle est encore toute jeune avec ses 56 printemps.

Alors voilà qu’un beau matin, Greta me propose de « pique-niquer ». Je n’ai aucune idée de ce que peut représenter une telle aventure mais en toute naïveté, j’acquiesce à sa demande. Allions-nous faire un vol plané et piquer du nez? Allions-nous se piquer les niques? Ou encore aller niquer en se piquant affectueusement? Je n’en avais aucune idée. Toujours est-il que j’espionne ma douce Greta qui se prépare en cachette tout en chantonnant gaiement. Soudain, elle me tend fièrement son « panier à pique-nique ». Que peut-il s’y trouver à l’intérieur?

Elle m’amène dans sa voiture (un véhicule ridicule roulant sur 4 roues sans voler et prenant un temps fou pour se rendre du point A au point B, surtout lorsque tout le monde a la merveilleuse idée de prendre le même chemin en même temps.) Bref, après une bonne heure de route, elle arrête en plein désert vert où il n’y a pas âme qui vive ni aucun immeuble aux alentours. Que du mou vert partout, insignifiant et malodorant. Elle est adorable ma Greta mais parfois je me demande bien où elle pige de si atroces idées. Elle dépose alors par Terre un tissu fleuri reproduisant en quelque sorte le décor autour de nous. Complètement absurde!

Je suis tout excité de découvrir enfin ce qui peut bien se cacher dans ce coffre au trésor qui me mènera vers ma prochaine expérience. Quelle ne fut pas ma déception de constater que le fameux panier à pique-nique ne contenait qu’un vulgaire lunch! Greta ne pouvait savoir comment la nourriture représentait ma plus grande difficulté d’adaptation à l’extérieur de chez moi. Je ne mange pas n’importe quoi et je préfère me priver que d’avaler un de ces dégoûtants repas. Elle sort ses «sandwichs au jambon». Ces aliments totalement secs vont rentrer de travers dans ma gorge mais je me sens incapable de dire non car j’ai trop peur que ma sensible Greta verse des larmes de grocodule.

Mais ma chance arrive comme par miracle. Ce soleil insupportable et omniprésent (une simple étoile tentant de briller plus que les autres) disparaît subitement pour faire place à un liquide clair et transparent. Celui-ci, extrêmement mauvais à ingurgiter, soulage notre peau sèche en l’humectant abondamment. Je me sens renaître grâce à ce divin liquide et me dévêts entièrement pour mieux ressentir cette source de plaisir. Greta sort alors de son sac un instrument complètement étrange, un genre de bouclier à liquide se déployant au-dessus de sa tête pour, ma foi, l’empêcher de jouir de cet instant de grâce! Est-elle trop jeune pour savoir profiter de ce moment présent qui s’offre à elle? Elle court vers sa voiture en remballant panier à pique-nique, tissus fleuri et lunch dégoûtant. Elle rigole en m’admirant en train de danser nu sous le liquide généreux.

Précipitamment, une autre voiture arrête derrière la nôtre, arborant sur son toit des lumières scintillant plus que les autres. Un Terrestrien en sort tout en pointant vers moi un instrument pourvu d’un petit cylindre en métal. Il me crie de lever mes mains. À quoi pouvait bien servir un tel instrument? Il s’approche de moi me forçant à déposer mes mains sur la voiture. Tout à coup, je me mets à trembler de peur qu’il ne m’enfouisse cet instrument dans l’un des rares orifices que mon corps de Terrestrien possède. Pourvu que ce ne soit pas un bouclier à liquide…

9 Commentaires

  1. Je demande une dérogation au maestro car je n’avais pas de connexion internet en fin de semaine et en plus c’est un congé férié (si ça peut aider à ma cause). Merci. Je dois noter également que grâce à l’Entonnoir mon fils de 6 ans presque 7 a écrit sa première nouvelle d’extra-terrestre. (tètage pour émouvoir le maestro.) Je vous la livre ci-dessous car elle a moins de 100 mots:
    —————————————————–
    L’extra-terrestre qui change de planète

    Il était une fois un extra-terrestre qui voulait changer de maison.

    Mais un jour quelqu’un lui dit : « tu peux pas le faire ».
    « Mais oui. »
    « Ok.»
    « Merci. »

    Il changea de maison.

    Par Lou Vear – 30 juin 2013
    ——————————————————————–

    Il est très fier de son histoire et j’espère qu’il joindra les rangs de l’Entonnoir sous peu.

  2. Un gros bravo d’abord au fils, Lou ! J’aime l’assurance que dégage son extra-terrestre ! Un insoumis ! Quand on veut, on peut ! lol Et, un super bravo à la mère de Lou pour cette suite extra-terrestr-ordinaire ou cet extra-ordinaire-terrestre, voilà plutôt extraordinaire histoire d’extra-terrestres. C’était bien de retrouver ce même filon d’humour, cette même folie, ce même personnage bourru et critique de tout ! Un flash, une suggestion : dans un prochain épisode, il pourrait tomber sur un autre extra-terrestre, comme lui, en attente de repartir sur le prochain vaisseau.

    1. Merci Sylvain pour ton commentaire à notre jeune recrue Entonnaute. Je lui ai lu ton commentaire et il m’a dit que l’extra-terrestre avait en fait convaincu l’autre que son idée était la bonne. C’est plus qu’insoumis, c’est charismatique à mon avis. Et avec si peu d’argument, il fallait le faire!

      Merci aussi pour ton enthousiasme à l’égard de mon Zillonien bourru en effet, c’est le bon mot. Finalement, c’est un voyageur plutôt chialeux et pas si ouvert que ça même s’il a plein de bonnes intentions. On dirait qu’il se définit de plus en plus. Il mérite peut-être une suite d’aventures. Merci aussi pour ton idée de rencontre avec un semblable. Je mets ça dans la mijoteuse et on verra ce qui en ressortira selon le défi qui m’inspirera. Disons que cette fois, ça se prêtait plutôt bien.

  3. C’est le fun de relire le texte de mai pour bien cerner ce personnage haut en couleur! Surtout pour se rappeler son problème d’orifices. Ça semble une bande-dessinée qui n’a pas besoin d’images réelles, ça serait trop, c’est tellement coloré déjà. Dans ma tête en tout cas, il est bien rigolo et on s’attache, on veut le revoir. Lou aussi pourrait poursuivre sa première nouvelle avec son personnage si bien affirmé. Il en aurait des aventures à vivre celui-là aussi.

    1. Merci à toi aussi pour ton commentaire. C’est toujours apprécié d’avoir des lecteurs fidèles. En effet, je n’ose pas imaginer ce qu’une bd démontrerait. Je me permets bcp de liberté avec les mots. Et si l’on en faisait un film, ça coûterait cher d’engager Brad Pitt ou son sosie pour faire une scène de nudité en plus! J’ai tenté que l’histoire se comprenne bien même si on avait pas lu la première mais je voulais aussi reprendre quelques clin d’oeil de la 1ere pour en faire une vraie suite. J’ai vraiment un fun fou à écrire ses histoires et c’est complètement inattendu de ma part ce qui me sort de la tête avec ce personnage.

      Pour Lou, je vais en effet en profiter et tenter de le motiver à écrire une suite cet été. Mais il me faudra user de subtilités pour que ça vienne de lui et que ça ne semble pas un devoir d’école. Je retiens surtout que c’est me voyant écrire qu’il a eu envie de le faire. Il me faudra donc écrire davantage.

  4. Nous suggérons de manger de la poutine à ton personnage de Zillionien qui aime les aliments gluants avec des motons dégoulinants.

    1. Excellente idée, je suis certaine que mon Zillonien aimerait la texture de la poutine. On voit qu’Annie et toi, avez l’expérience de voyageurs qui recherchent des mets familiers loin de chez soi. Comme je n’ai pas encore situé exactement le lieu où il a atterrit, il pourrait aussi bien être en Thaïlande au restaurant de poutine de Bruno Blanchette. Est-ce que vous lui recommandez? Est-elle suffisamment dégoulinante pour plaire à un Zillonien au palais si fin?

  5. Pffff! Il est trop drôle ce Zillonien. Je pense que j’en ai déjà rencontré quelques-uns comme ça. Je pensais que c’était juste des fatiguant normaux, mais finalement c’était pas de leur faute les pauvres.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :