Dans l’œil du photographe… ce que je vois.

J’aimerais pouvoir regarder ton cœur en silence, en faire le portrait. Te montrer ce que je vois, pour que tu sois éblouie toi aussi par ton éclat, que tu sois surexposée à ta lumière et que tu voies ton image en couleurs. Le noir et blanc, ça ne te va pas bien. Chaque pixel de ton front plissé me serre le cœur. J’ai l’impression qu’un vortex se referme sur toi, obturateur de tes pensées, et nuit à ta luminosité. Où est-il, ton sourire?

Ton négatif se développe trop bien. À la manière d’un polaroid, tes décisions se prennent en instantané. Mauvaise qualité dans l’urgence. Besoin de toucher pour te sentir en vie. Vide est le monde virtuel rempli de clichés étalés en numérique. Regarde au-delà de la lentille. Essaie différents filtres… Tiens, celui-ci n’est pas trop mal. Tu en dis-quoi?

Si tu veux, je te tiendrai la main, serai ton retardateur, ton parapluie qui adoucit la lumière et protège des brûlures. Ainsi, tu pourras observer, capturer le monde en version grand angle, et voir que le point de vue change souvent la perception.

2 Commentaires

  1. Bravo Émilie! Ton texte est très touchant et poétique. J’aime beaucoup!
    Félicitations pour ce défi si bien relevé!

  2. Magnifique. (pour une fois, je suis économe dans mes mots.)

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :