Le fruit préféré

 

Le fruit préféré

 

Stanislas est assis à la même table depuis… depuis un temps si long… aussi long que l’éternité pense-t-il. Il n’en peut plus. Et cette soupe au chou qui le nargue. Cette affreuse soupe au chou posée là devant lui sur la table. En plein été! C’est bien une idée de la vilaine sorcière qui habite juste à côté. Celle-là il la déteste. Lui qui était si content de venir chez ses grands-parents. Il a une terrible envie de pleurer. Mais il ne veut pas pleurer. Il est grand maintenant. Il a déjà fêté ses cinq ans. Que va penser son grand-père? Et mamie que lui arrive-t-il?

En fait Stanislas est très inquiet. Sa grand-mère a eu un malaise. Et papi tout énervé a téléphoné à Gertrude la voisine. C’est elle l’horrible sorcière. C’est elle qui a préparé la soupe au chou. Et c’est elle qui l’a posée là dehors sur la petite table ronde juste en-dessous du cerisier.

Stanislas lève la tête. Le cerisier est rempli de belles cerises rouges. Son fruit préféré. Et il rêve de manger une grosse portion du clafoutis aux cerises de sa mamie. Le plus merveilleux, le « plus meilleur » clafoutis au monde.

Stanislas soupire. Il a le coeur gros. Peut-être que sa grand-mère est très malade. Peut-être qu’elle ne pourra plus jamais préparer de clafoutis aux cerises. Peut-être qu’elle… Stanislas a la gorge nouée. Il ne veut pas penser à ce mot, ce tout petit mot qui fait si peur…

Il regarde à nouveau le bol de soupe. Gertrude lui a dit :

  • Assieds-toi là et mange ta soupe. Tu dois avoir faim. Ta grand-mère a besoin de repos. Tu dois rester bien tranquile, tu ne dois pas bouger.

Gertrude était infirmière quand elle était plus jeune. Stanilas le sait. Mais il a peur. Il n’a pas confiance en elle. Pour lui c’est une méchante sorcière. Elle pourrait faire du mal à sa grand-mère, elle… Stanislas a du mal à respirer. Une grosse angoisse monte en lui et il ne peut s’empêcher de crier :

-Pa…

Mais il trouve aussitôt la force de mettre ses deux mains sur sa bouche pour arrêter son cri. Il ne doit pas crier, surtout pas. Elle va l’entendre et… Stanislas essaie de se calmer. Il pense à son grand-père. Il le voit très grand et fort malgré son viel âge. Papi va veiller sur mamie c’est sûr se dit-il. Il ne laissera personne lui faire du mal. Papi et mamie, ils peuvent pas être séparés. Ce sont de vrais amoureux. Je le vois moi. Je vois comment ils se regardent, ils se sourient, comment ils se touchent les mains… Je vois tout.

Stanislas est rassuré, il se sent mieux. Sauf que… il commence à avoir vraiment mal aux fesses. La chaise en métal est trop dure, elle est inconfortable. Il gigote de plus en plus sur son derrière. Il aimerait bien se lever, mais il n’ose pas. Il ne doit pas bouger. Et puis il commence à avoir faim. Malgré tout ce qui se passe, son ventre gargouille. Stanislas ne se sent pas très bien, il a un peu la tête qui tourne. Il regarde le bol de soupe, toujours posé sur la table. Non décidément non « y peut pas ». La soupe au chou de sa grand-mère, quand il vient la voir en hiver, bon! il la mange. Mais celle de Gertrude la sorcière – et même pas en hiver- non, ça y peut vraiment pas.

Désespéré, toujours assis à la table sous le cerisier, il ferme les yeux et espère un miracle. Et dans sa tête se dessine un plat rempli de clafoutis aux cerises. De ce fabuleux clafoutis, « le plus meilleur du monde entier », le clafoutis aux cerises de sa mamie. Il en a l’eau à la bouche et il a tellement faim, ça lui donne des crampes au ventre.

C’est décidé, Stanislas ne mangera pas la soupe au chou de Gertrude. Il se dit que son papi, grand et fort, va tout arranger. Il va aller le voir et tout lui expliquer. C’est décidé se répète-t-il en se levant et en ouvrant les yeux. Et c’est alors qu’il voit quelque chose d’impossible. Son regard fixé sur le plat posé sur la table devant lui, il articule hébété :

  • .. mais… ça s’peut pas, c’est pas possible. J’ai fermé les yeux mais j’ai pas bouché mes oreilles. Et j’ai rien entendu, rien de rien.

Il se dit que c’est un miracle. Son souhait a été exaucé. Et il se dépêche de prendre une bouchée. Hum! C’est…

  • Stanislas ?!
  • Papi ?
  • Viens vite. Mamie va mieux, elle te réclame.

Stanislas se lève et court vers la porte que tient ouverte son grand-père. Mais il arrête son élan juste avant d’entrer et jette un regard d’envie sur son clafoutis. Son grand-père se tourne vers la table et sourit.

  • Va vite, je surveille ton clafoutis.

Stanislas revient au bout de quelques minutes, les yeux brillants, et retourne s’asseoir à la table. Il dévore le clafoutis avec gourmandise.

Son grand-père l’observe d’un air malicieux.

  • Il est bon le clafoutis aux cerises de Gertrude? Elle l’a fait spécialement pour toi.
  • Le clafoutis de… prononce Stanislas la bouche pleine.

Il est tellement étonné qu’il manque de s’étouffer.

  • Mange lentement lui conseille son papi en s’éloignant et en lui faisant un clin d’oeil.

Stanislas a beucoup de mal à croire ce qui lui arrive. Il se dit que ce n’est pas un mais deux miracles qui se sont réalisés. Oui deux miracles car le clafoutis de Gertrude la sorcière est aussi délicieux que celui de sa grand-mère. C’est incroyable! Et il se répète : pas un mais deux miracles. Il lève à nouveau les yeux vers le ciel constellé de cerises vermeilles, étincelantes au soleil. Ébloui Stanislas se dit que oui, les cerises c’est vraiment son fruit préféré.

3 Commentaires

  1. C’est très beau Marie-Lyne. Très touchant. Le clafoutis, on y goûte presque!
    N’oublie pas de classer ton texte dans la catégorie du mois d’août.
    C’est un plaisir de te lire.

  2. Merci de ton commentaire.
    Je ne sais pas comment classer mon texte, je ne comprends pas pourquoi il ne l’est pas.

  3. C’est bon j’y suis arrivée.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :