Le Canevas

 

Installée devant sa toile, la vieille Emma s’apprête à étaler ses tubes selon son rituel. Rigoureusement établi et surtout incontournable. Du bout des doigts elle frôle doucement le bois  de la petite table de son chevalet, témoin des innombrables heures passées à peindre la vie, la ville, la nature et les âmes. Vivantes et mortes. Elle s’attarde longuement sur chaque petite tache de peinture séchée.

Elle ferme enfin les yeux pour mémoriser son canevas, aussi blanc encore que ses nuits sont blanches. Son esprit tourmenté, source inépuisable d’inspiration, la guidera. Fidèle.
Ses mains croisées sur ses cuisses, elle respire profondément.
Elle s’imprègne du vert de la pelouse fraichement tondue du parc qu’elle a choisie.
Elle hume la fraicheur de la terre noire sous ses pieds nus.
Elle frémit de rouge au chant du cardinal, guilleret et insouciant.                                                                            Elle se laisse caresser de jaune, chaleur aoutienne du soleil de midi.
Elle entend le gris acier de l’eau qui coule au fond de l’étang.
Elle se confond dans l’étendue bleue du ciel sans nuage qui la couve.
Le grand jardin de fleurs quelque part entre elle et l’orée du bois l’enveloppe de pourpre, d’oranger, de mauve, de rose, de violet, de corail.

L’œuvre se dessine dans sa tête d’artiste. Bien avant que l’huile ne touche la toile. Bien avant même qu’elle n’ouvre finalement les yeux.
Elle émerge lentement de sa méditation et Emma ne voit plus le blanc de son canevas. Elle ne sent plus le vide de la toile. Elle ne sent plus l’angoisse de ses nuits.

Elle défait le nœud et libère ses pinceaux qu’elle dépose sur un carré de coton à ses pieds. Elle en choisit trois. Un pinceau plat qui opérera en de larges traits. Un angulaire pour les traits tout en courbes. Et un pinceau rond pour la fluidité. Les pinceaux fins seront pour la finale. Sur sa palette, elle étend un long boudin de terre de sienne qu’elle dilue avec un gel et d’une main sûre, habile, elle en couvre la toile pour en dévoiler tous ses secrets.

Pendant toutes les heures de soleil qu’elle avait pour elle, Emma s’activait en gestes lents et précis. Le paysage en constant mouvement donnerait à l’œuvre l’intemporel qu’Emma cherchait toujours à saisir. Elle façonne l’ambiance, se laissant mener par les lueurs changeantes de l’astre chaud… du jaune canarie, tournant à l’ambre, à l’ocre et au bronze, et enfin au fauve ! Elle les mettra toute.

Emma peignait depuis midi. La lumière du jour baissait doucement et bientôt les couleurs s’éteindraient avec elle. Il lui resterait en tête, en fermant les yeux, l’image qu’elle avait conçue en méditation pour apporter à l’œuvre les touches finales.  Ce soir dans son atelier ou demain, au petit jour, quand les lueurs laiteuses de la lune se transformeront au fil des secondes en un fantastique éclat d’or à l’horizon, la vieille Emma rendra l’art!

Denise Beaumier 12 novembre 2015

6 Commentaires

  1. J’aime beaucoup la visualisation de l’artiste avant de peindre, si nette. C’est quelque chose que j’arrive à faire de façon trop floue. La netteté de la description est vibrante, on s’y croirait.

  2. Merci Pidipiwo, difficile d’y mettre tant de couleurs… Il fallait une vieille Emma! 😊

  3. Voilà un texte qui répond superbement à un défi assez difficile. Je manque de temps pour relever ce défi mais c’est un plaisir de lire les textes des autres. Merci.

  4. Bravo Denise. Quel beau texte, qui nous fait voyager sans quitter la pièce! Et cette finale émouvante. Je suis séduit par le résultat.

  5. Merci Jean-Francois! J’ai eu beaucoup de plaisir à relever le défi! … Vivement décembre!

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :