Défi – Septembre 2016

Avec la fin de l’été revient la fraîcheur! Aurez-vous l’esprit assez vif pour dompter une autre figure de style?

Pour septembre, je vous propose de faire une lettre ouverte à connotation politique. Qu’elle soit pessimiste ou optimiste, doucereuse ou insidieuse, vide de sens ou sous le signe de la révélation, comme tout bon politicien, il faudra atténuer votre propos en ayant recours à l’euphémisme!

L’Office québécois de la langue française définit cette figure de style comme suit: « L’euphémisme est l’expression atténuée d’une idée ou d’un fait dont l’évocation directe pourrait déplaire ou choquer. » (http://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gabarit_bdl.asp?id=3202)

Exemples :
– Il n’est pas riche plutôt que Il est pauvre (forme négative)
– Un non-voyant plutôt que Un aveugle (forme négative)
– Un demandeur d’emploi plutôt que Un chômeur (périphrase)
– Les personnes du troisième âge plutôt que Les vieux (périphrase)

Le défi

Le défi consiste à écrire une lettre ouverte contenant un minimum de trois euphémismes, prenant un ton de politicien.

Thème : Libre

Longueur : Minimum : 100 mots. Maximum : 600 mots.

Contrainte : Écrire une lettre ouverte en intégrant un minimum de 3 euphémismes dans votre texte. Il n’y a pas de maximum.

Contrainte additionnelle : Votre lettre ouverte peut prendre la forme d’un discours de politicien.

C’est rare qu’on a l’occasion d’être dans la peau d’un politicien. Profitez-en pour faire parler votre cœur au sujet du monde qui vous entoure!

Allez, à vos plumes, à vos claviers! Bon défi!

Jean-François Marcotte

%d blogueurs aiment cette page :