Il est drôlement temps

Quel temps de cochon!

Je t’attends, je t’attends…

Et pourtant

Tu arrives juste à temps

Il était temps

Je passe mon temps

Tout le temps

Depuis trop longtemps

À perdre mon temps précieux

Pour occuper mon emploi du temps

À vivre à contre-temps

 

Et pendant ce temps

Le temps joue contre nous

Le temps file, le temps presse, le temps nous compresse

Et pourtant

En deux temps trois mouvements

On court après notre temps

Et l’on tente, autant comme autant

De mesurer quelques temps

De compter chaque temps

De contrôler certains temps

Et pourtant

On a jamais le temps

 

Le temps est temporaire

Le temps est intemporel

Tu crois que ton temps est important

Mais tu sais autant que moi

Que tu ne peux saisir nul temps

Avec aucune de tes tentacules

 

Tu crois investir ton temps

Et pourtant

Ton temps est compté

En voulant gagner du temps

On tue le temps qu’il nous reste

Et on ne vit plus au temps présent

On croit nos temps plus que parfaits

Mais ce temps est parfaitement imparfait

Dès qu’on se projette dans le temps futur

Ce même temps est déjà passé

C’est simple, on n’est plus de son temps

 

Avec le temps

On a de moins en moins de temps

D’accorder autant de temps

Au temps

Tant qu’à y être

Tentons de nous entendre

Pendant qu’il est encore temps

 

Je sais, c’est tentant

De se réfugier dans le bon vieux temps

On aurait envie de voyager à travers les temps

Ou de traverser l’espace-temps

De retourner aux temps antiques

Aux temps préhistoriques

 

Mais prends tout ton temps

Laisse le temps libre

Il est enfin temps

Qu’on arrête le temps

Ce temps n’est pas perdu

Ce temps est infini

Autant qu’il est indéfini

 

Attends

(…)

Tiens!

Un temps mort

(…)

Enfin

Notre temps est écoulé.

Publicités

4 Commentaires

  1. Quelle prouesse poétique pour un sujet si lourd! Un délice pour l’esprit! Heureux de te lire à nouveau!

    1. Merci Jean-François. Je t’avoue que cette fois j’ai eu une inspiration soudaine en écoutant une émission de radio sur le thême du temps. J’ai écrit le texte d’abord en ayant l’intuition qu’il était tout à fait dans le thème du mois de L’Entonnoir. Une légère adaption dadjectifs indéfinis qui sont venus l’enrichir et voilà. Merci de tenir doucement le fort. Je suis heureuse d’avoir eu la chance de participer au moins une fois en 2016.

  2. Super tirade sur l’intouchable, » l’impossédable »! Bravo!
    joyeuses Fêtes !

  3. Merci à vous ! Et joyeuses fêtes aussi!

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :