Au sujet de la normalité

Cher journal,

Quand je pense aux gens qui m’entourent, je me demande…

Suis-je unique? Ai-je un petit quelque chose de spécial, qui me rend différent des autres?

Mais, je me demande aussi souvent si je suis normal, car je n’aimerais pas ne pas être comme les autres.

Je suis moi et toi, tu es toi.

Je ne suis pas toi et toi, tu n’es pas moi.

Je suis normal, je crois, tu es normal, nous sommes donc normaux.

Parfois, je me sens moins normal, je doute, je regarde autour de moi, et toi tu sembles normal, alors, si je suis un peu comme toi, je dois être encore normal.

Mais si tu doutes aussi, comme moi, que tu te demandes si tu es normal, et que tu me regardes en te disant « Il me semble normal » et que tu te dis que si tu es un peu comme moi, tu dois être normal, alors sommes-nous normaux?

Est-ce normal de se demander si on est normal? Serait-ce normal de ne pas se demander si on est normal?

Dis-moi que ça ne se peut pas une personne qui ne doute jamais, car moi, je doute souvent.

Les gens qui ont des doutes, c’est-à-dire la plupart des gens, cherchent parfois des gens qui semblent ne pas douter. On écoute les personnes qui semblent moins douter, et on se dit que si ces gens doutent moins, c’est qu’ils doivent être plus près de la vérité que soi. Mais, si ces personnes doutent autant que moi et laissaient paraître qu’ils ne doutent pas, nous sommes tous dans la déroute?

Le doute doit être permis. Le doute doit pouvoir s’exprimer. Le doute doit pouvoir être entendu. Le doute ne doit pas être apaisé par des certitudes, sinon l’esprit est alors orienté hors de la normalité. Et qui n’est pas normal, deviens comme tout le monde, à croire qu’il y a une seule vérité, et l’esprit en arrive à croire que la vérité existe, alors qu’elle n’existe pas.

Alors, si tout le monde est normal, à croire n’être pas normal, sommes-nous tous semblables, malgré nos différences?

Les différences, il n’y a que ça qui rende la vie moins terne. Sans nos différences, nous serions tous pareils! Quel ennui!

Cher journal, une chance que toi, au moins, tu me comprends.

Publicités

2 Commentaires

  1. C’est anormalement bon ce texte. Ça donne envie de sortir de la norme.

  2. Merci Julie! J’ai écris ce texte tout d’un trait… Je crois que j’étais en état de grâce! Je l’ai relu plusieurs fois ensuite en me demandant s’il n’y avait pas d’erreur logique dans ce discours, et ça semble tenir la route… à la limite de la démagogie!

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :