Défi – Avril 2017

Pour le mois d’avril, je vous lance un défi qui va nous faire rigoler! Je vous propose de vous expérimenter à jouer avec les zeugmes!

Le zeugme, ou zeugma, est une figure de style qui consiste à associer à un mot deux éléments incompatibles entre eux. Cette figure de style génère la plupart du temps un effet de surprise par une association incongrue.

Le zeugme syntaxique consiste à associer à un mot ou un verbe deux compléments de constructions différentes.

Exemples :

« Il croyait à son étoile et qu’un certain bonheur lui était dû. » (André Gide)

« Ils savent compter l’heure et que la terre est ronde. » (Musset)

« Mieux vaut s’enfoncer dans la nuit qu’un clou dans la fesse gauche. » (Alphonse Allais)

Le zeugme sémantique consiste à associer à un mot deux compléments aux significations disparates.

Exemples :

« Vêtu de probité candide et de lin blanc. » (Victor Hugo)

« Les marchands de boisson et d’amour. » (Guy de Maupassant)

« Contre ses persiennes closes, Mme Massot tricote, enfermée dans sa chambre et dans sa surdité. » (Roger Martin du Gard)

Si le deuxième est plus facile à inventer, pourquoi ne pas tenter de confronter aussi au premier.

Le défi

Le défi consiste à écrire un texte intégrant trois zeugmes dans un contraste sérieux-comique.

Thème : Libre

Longueur : Longueur : Minimum : 100 mots. Maximum : 600 mots.

Contrainte : Composer un texte qui contient un minimum de trois zeugmes (prière de mettre ces phrases en caractères gras).

Contrainte additionnelle : Comme inventer des zeugmes et en plus les intégrer dans un texte constitue un défi de taille, je serai clément. Mais, pour les plus audacieux, si le cœur vous en dit, je vous mets au défi de faire intervenir un jeu de contraste entre sérieux et comique!

Faites attention de ne pas prendre votre français dans le détour!

Bon défi!

Jean-François Marcotte

%d blogueurs aiment cette page :