Archives d’Auteur: Jean-François Marcotte

Se perdre sur le lac

Il avait roulé toute la journée pour arriver là, dans cette forêt retirée dans le Nord. En arrivant, il avait monté sa tente sans trop s’appliquer et s’était précipité vers le lac. Il avait cette urgence de s’élancer sur l’eau aux dernières lueurs du soleil, ce moment de calme qu’il semblait avoir attendu depuis des années. […]

Une ballade au royaume de la swompe

Pressé de me rendre au boulot, je courais sur le trottoir de ma rue en direction de l’arrêt d’autobus qui se trouvait plus loin sur le boulevard transversal. Mon attention fut soudainement attirée par le cri d’une corneille et je faillis trébucher en tournant la tête dans cette direction sans m’arrêter dans ma course. Je […]

Faux départ

Il est tard, il est temps de tout ranger et de quitter les lieux. M’apercevant que mon lacet s’est détaché, je me penche, je refais les liens puis, me relevant, je me frappe le crâne sur la table et m’affale sur le plancher, sur le dos, la bouche ouverte. J’ouvre les yeux. Observant le plafond, […]

Emmenez-en de la neige

Je me rappelle quand j’étais enfant et qu’il y avait une tempête de neige. On sautait de joie et rien ne pouvait nous retenir à l’intérieur de la maison. On pouvait passer un après-midi complet à faire un fort ou une bataille de boules de neige. Je continuais à jouer même si j’avais les mitaines […]

Au détour d’une rue

Il est toujours agréable de trouver par hasard, au détour d’une rue dans une ville inconnue, une place ancienne, pavée de briques, qui n’est accessible qu’aux piétons. On y voit une vie locale à la fois typique et unique au quartier. Ce jour-là, en ce bel après-midi d’été, c’est ce qui s’est produit. Je me […]

Le temps passé

[Défi du mois d’août] J’étais assis à lire un livre sur la terrasse d’un café, musique classique dans les écouteurs, sirotant un expresso allongé. La belle vie, quoi. Sans quitter mon livre des yeux, je finis par atteindre le fond de ma tasse. Je la déposai en continuant à lire, il était hors de question […]

Fausse pudeur

– Ho! Hi, hi, hi, ha, ha, ha, … – Arrête ça! Tu ne devrais pas rire! – Moi? Je suis atterrée… – Arrête de rigoler. C’est terrible pour elle. – Je ne pourrais me réjouir d’une telle situation… – Alors, c’est quoi ce sourire pendu à tes lèvres? – C’est l’affliction qui déforme mon […]